jeudi 7 septembre 2017

Rosh Hachana à Kippour



Rosh Hachana 10

Rosh Hachana à Kippour



La création est liée à la notion de jugement. Le Tsimtsoum, la restriction est la racine du jugement selon le Ari Zal car ce Tsimtsoum révèle les limites de la création, met une limite dans l'infini. 
Pour le Ramh'al, le Tsimtsoum est la révélation de la limite. Cette limite étant la source de la création, elle est en elle-même cette notion de la rigueur du jugement.

De quels jugements parle t-on?
 Le livre des vivants est la symbolique des justes et le livre des morts, la symbolique des mécréants. 
Nos sages enseignent que les justes même morts sont la manifestation de la vie et les mécréants même vivants sont appelés ''morts''. En vérité, celui qui est déconnecté de Dieu vit mais vit d'une vie animal, ce n'est pas la définition de la vie qui est mentionnée à propos de Rosh Hachana. À Rosh Hachana, est décrétée la vie spirituelle, c'est-à-dire cette proximité divine ou bien la mort spirituelle c'est-à-dire l'éloignement d'avec cette proximité divine.

Qu'est-ce qui change dans la création, le jour de Rosh Hachana?

 Sa racine c'est-à-dire la Malkhout. La réalité de la Malkhout c'est la Chékhina qui elle se renouvelle à Rosh Hachana. Même les Séphirot ne se renouvellent pas ce jour! Nous voyons dans la réalité de la conduite de la gradation que rien ne change!

 Que signifie alors ce renouveau de la Malkhout? Deux explications sont données par le Ramh'al:
1/ fixer ceux qui vont atteindre l'éternité, qui vont participer de façon consciente à la construction de la conduite qui mène à la révélation de sa gloire. Dieu fait ce jour une purification, un tri. Ce même jugement qui va être fait au septième millénaire est le même que le jugement du septième mois. Le but dans les deux cas est de fixer qui va hériter de l'éternité (être dans le travail conscient de la construction de la gloire divine) et qui ne va pas hériter de cette éternité (être dans le travail sans aucune conscience comme l'animal qui est dirigé par ses instincts). 
En vérité ce jugement est de fixer si l'homme va être rapprocher de la Kédoucha ou bien en être éloigné. Chaque année, Dieu répare le monde pour l'amener petit à petit à l'accepter. Par cette nouvelle Malkhout qui va renouveler la créations, il y a certaines de ses ramifications qui vont recevoir l'éternité.

2/ la Nessira, la séparation: Adam et H'ava au moment de leur création, se trouvent dos à dos. Et donc il faut les séparer en leur milieu afin de les amener face à face qui est le but de la création. L'homme représente Dieu ou Zéïr Anpin, le petit visage et la femme c'est l'existence, la Noukva, la Malkhout qui se renouvelle tous les ans. Le dos représente cette éloignement de la proximité divine. Il y a un lien mais un lien des ''arrières'' qui va épancher sur Noukav de manière forcée. Z-A épanchant l'énergie divine sur Noukva sans qu'elle puisse ressentir un quelconque désir de cette union. Le but de la séparation est que la création revienne face à face avec les forces divines de Z-A afin de ressentir le besoin de s'unir à Dieu avec amour. Cette union d'après le Ramh'al est la Kédoucha.  
La Kédoucha étant l'annulation totale d'une quelconque autonomie. Cette situation de face à face, Dieu l'a espérée et réalisée par le moyen de la prière de Adam pour la pluie.

Le jour de Rosh Hachana est jugé le lien entre la Malkhout qui est la source de toute existence et ses ramifications qui sont les créatures. Ce transpondeur qui va transformer l'énergie divine dans l'existence. Et ce n'est que tant que la Nessira n'est pas complète que l'on peut arranger ce lien, c'est-à-dire jusqu'à Yom Kippour où Rah'el sera complètement séparée. Les dix jours de pénitence sont en fait les jours de la construction et dans cette période, il est toujours possible de réparer et de changer ce lien de la Malkhout avec ses ramifications que sont les créatures. Et il est encore possible d'autres réparations même après la séparation jusqu'au moment de l'union qui se fait le jour de Simh'a Torah, soit pendant 22 jours, le lien entre Z-A et Noukva, les énergies divines''Atsilout'' et toutes les créatures des mondes inférieurs que sont ''B-Y-A''. Cette notion de ''face à face'', c'est l'homme qui va la mettre en place par sa prière. C'est lui qui va faire que Z-A et Noukva vont se tourner l'un vers l'autre avec amour.

La Nessira est la racine du libre-arbitre dit le Ramh'al dans les ''premiers principes''. Sans cette séparation, le lien entre Dieu et sa créature est un lien contraint et forcé, Zéïr Anpin épanchant son énergie de manière contrainte dans Noukva. Celle-ci n'ayant pas le choix de recevoir cette énergie divine. La Nessira est la racine de l'autonomie arbitraire qui va faire que le retour à Dieu va se faire avec envie et amour. Le libre-arbitre n'est là que pour révéler une envie de s'unir à Dieu comme une femme avec son mari. Le seul travail qui nous est demandé dans cette union est justement de développer cet amour et cette envie de s'unir avec Dieu. C'est au moment de la sonnerie du Chofar que nous vient ce Daat, cette conscience qui va épancher notre amour, ces Moh'in qui vont grandir en nous. Ces Moh'in qui vont venir sur Noukva non pas par le moyen de Z-A (les petits cerveaux) mais par le moyen de Ima (les grands cerveaux). Il y a donc deux notions à Rosh Hachana, la notion de Nessira et la notion des Moh'in où l'envie n'est pas seulement du haut vers le bas mais aussi du bas vers le haut. Et cet envie du bas vers le haut ne peut se faire que si la créature a des Moh'in, qui la fait passer à l'âge adulte. C'est le mystère des poils de la barbe. Ces Moh'in sont le lien avec le divin, c'est le transpondeur de cette énergie divine qui va se déverser sur la création.


Il y a trois intentions dans la création. 1/ perception des qualités divines, des mesures, des Séphirot. C'est la connaissance de la construction de l'arbre divin: Adam Kadmon, (akoudim, Nékoudim, Atsilout, Bérya, Yétsira, Assya) Arikh', Abba, Ima, Zéïr Anpin, Noukva. Celui qui se suffit de cette connaissance dit le Ramh'al, n'a pas acquis la connaissance.

2/ pour faire le bien à ses créatures. Donner des mérites aux créatures.

3/ le retour du mal au bien. La transformation de toute notion contraire en notion neutre. La vie n'étant pas perçue comme le contraire de la mort, le bien comme étant le contraire du mal car toute chose n'est que bonté divine sans aucune notion de contraire. C'est par le retour du mal au bien que son unité divine va se révéler dans sa création. ''je suis le premier et je suis le dernier'' je suis le tout!

Kippour n'est venu que parce que les premières tables ont été brisées. Ces tables étaient la représentation de l'arbre de vie. Maintenant à Kippour, il y a les deuxièmes tables représentant l'arbre de la connaissance, la voie de la dualité où tout ne se perçoit que par son contraire, la vie par rapport à la mort, le bien par rapport au mal, le jour par rapport à la nuit, la lumière par rapport à l'obscurité. Kippour est à fortiori et non à priori dans notre perception duelle. Nous avons fauté et nous devons expier.
 Mais il y a un Kippour ''à priori'' dans la conduite de l'arbre de vie, dans la conduite de l'unité où le bien n'est pas le contraire du mal, où le mérite n'est pas le contraire de la faute. Un Kippour où la faute n'existe pas.

"Kippour n'est pas en vérité là pour réparer nos fautes. Rosh Hachana n'est pas là pour juger qui va vivre et qui va mourir. Ces notions sont vraies du point de vue des deuxièmes tables, dans la perception de l'arbre de la connaissance, de la dualité, la conduite du jugement."
Même la notion de roi est une notion dans la dualité! L'union est l'infini! Toutes les autres valeurs ne sont que des notions dans la voie de la dualité! Dans l'unité, il n'y a pas de changement. Seulement au départ, avant la création, sa perfection ne pouvait se révéler en acte. Toute cette unité n'était qu'en potentiel et donc imperceptible. Le début (Récha) est la perfection qui ne peut se révéler. Après la création, elle se révélera et sera perçue par les créatures. Et pour cela, il faut passer par un état intermédiaire qui est la création des six mille ans. C'est le pont entre le début et la fin. C'est la notion de temps qui réunit le début et la fin. La révélation de son unité n'est que pour les besoins de la création et non pour ses propres besoins. Où se trouve la réalité du mal? Uniquement dans cet état intermédiaire, il y a la dissimulation de l'unité comme s'il y avait des détériorations, des manques qui cachent la perception de la proximité divine. D'après le ramhal c'est le mystère des arrières et des faces des mondes supérieurs. Non pas le dos à dos et le face à face de Zéïr Anpin et de Noukva. Mais la face et l'arrière des mondes supérieurs. C'est l'union de ce qu'il appelle ''récha vé Séfa'', union du début et de la fin. Les unions de Zéïr Anpin et Noukva sont des unions de l'ordre de cet état intermédiaire. Ce sont les unions du niveau de Atsilout: Abba et Ima, Zéïr et Noukva. Mais l'union du début et de la fin est un autre niveau de perception, c'est un autre travail. C'est l'union de la Atsilout avec la gloire de la création (Kavod). La Atsilout correspondant à toute la divinité (les Séphirot) qui s'unit à ce Kavod. Le but de la création étant que les mondes inférieurs reviennent en union avec les mondes supérieurs.
 Quelle est la principale réparation? L'union des lumières supérieures entre elles ou bien l'union des êtres séparées à leur source?
 Il est évident que c'est cette union des créatures avec leur source divine qui est la principale union. Car les unions des lumières se font d'elles mêmes, ce sont les unions de l'état intermédiaire. Par contre les unions des êtres séparés avec leur racine doivent se faire en se séparant du Mal, en se séparant de la perception duelle de l'énergie divine. Le Kavod-gloire qui est la Malkhout-royauté (incluant toutes les créatures) se relie avec toute la Atsilout. (incluant toutes les énergies divines supérieures que sont les Séphirot) et plus encore, dans un deuxième temps, ce sont ces Séphirot elles-mêmes qui vont revenir au point d'unité pour s'unir à l'infini divin d'avant le Tsimtsoum, d'avant que la lumière divine se restreigne pour donner naissance à l'empreinte de la création.

Chacune des créatures construit la Royauté dans ce monde. La Noukva a été créée pour la gloire de Dieu. Cette Noukva étant toutes les créatures. Quand s'unit cette gloire avec Dieu? Rosh Hachana n'est pas le jour de l'union, c'est la Récha, le début, c'est la Malkout intacte sans ramifications, il y a alors les dix jours de pénitence pour observer les ramifications de cette Malkhout! Pendant ces dix jours, vont se construire les êtres inférieurs. À Rosh Hachana, sortent les êtres séparés qui vont révélés en actes l'unité divine. Par notre intermédiaire, par notre conscience se révèle la royauté divine dans la création. Le principe actif de la création, de la Malkhout est Israël. ''vous êtes mes témoins''. Les nations n'étant que les vêtements d'Israël qui lui est le corps. Kippour c'est la Sépha, la fin. ''je suis le premier et je suis le dernier''. Et les jours intermédiaires sont la possibilité à cette unité potentielle d'arriver en acte, c'est la purification de la création qui va amener au dévoilement divin. La première révélation de Dieu, l'espace vacant est Rosh Hachana, le jour du jugement. Rien n'a de vie à ce moment! Le Roi est seul, ce n'est que pendant les dix jours de pénitence que se créent les existences séparées mais pour un but spécifique, Yom Kippour, l'union, le retour en acte à l'unité infinie de l'éternité. Yom Kippour a le même niveau de perfection que la fin des temps. C'est le niveau qu'a atteint Rabbi Akiba, le niveau du Kéter, où tout est revenu au UN. Il y a deux niveaux d'union, il y a l'union par le baiser, c'est le niveau de Yom Kippour et il y a le niveau de l'union des Yessodot, c'est le niveau de Simh'a Torah.
 Au moment de la fermeture de Kippour, il faut penser à purifier le monde de toutes les fautes dit le Ramh'al et réparer la faute du premier homme pour amener la création au niveau d'avant la faute. Dès qu'il y a la création, il y a le mal, c'est la séparation qui est l'origine du mal, c'est l'autonomie, le libre-arbitre. Le monde est la dissimulation de Dieu mais notre travail est de le révéler dans le monde. Chaque année, Dieu faire cette union du début et de la fin, cette révélation de l'unité divine. Toute unité même de Z-A et de Noukva est de la même veine que l'union avec l'infini. Il y a une union sans faute, il y a aussi Kippour sans faute comme il y a la Matsa sans l'esclavage d’Égypte. Celui qui peut comprendre la notion de Matsa sans l’Égypte peut comprendre la notion de Kippour sans faute. C'est le niveau de l'enseignement de Rabbi Akiva qui compare Dieu au Mikvé où Israël s'il se plonge complètement dans son unité se purifie complètement. ''Mikvé Hachem'' sont les mêmes lettres que ''Mékavé Hachem'' espérer en Dieu. Cet espoir en Dieu est notre union avec lui. Yom Kippour est la plus grande des réparations. Yom kippour est le niveau de Rabbi Akiva, l'union totale et parfaite, la perception qu'il n'y a rien d'autre que lui. C'est l'union entre toute la création et son créateur. Mais pour cela, il faut d'abord Rosh Hachana, le jugement afin de se séparer et de s'éloigner de Dieu où toute la création et même le temps sont en gestation pendant les dix jours de pénitence pour enfin sortir pour s'unir le jour de Yom Kippour.


Rav Mordékhaï Chriqui
Retranscription Rav Michael Smadaj
Publie par la Source des sagesses


Vous pouvez partager ce texte à condition d'en respecter l'intégralité et de citer la source: http://la-source-des-sagesses.blogspot.fr/